Accueil

4 Hours Of Spa Classic 2007

 

 

JEUDI :

Il est 6h30, je me lève et je te bouscule elle ne se réveille pas, comme d’habitude...

Je m’égare dès le départ !

Petit déjeuner, ensuite, il me faudra sortir la moto, les outils et le stock de pièces de quoi reconstruire une moto complète.

 

Vers 8 heures, les pilotes arrivent avec une camionnette VITO.

Joël Zimmerman et David Juanès.

Allez on charge l’arrière à ras, on a pas pu prendre le compresseur !

 

Bon ben, 1100 km, c’est long !

Arrivé au circuit, on ne trouve pas l’entrée !! Enfin pas de suite !

Une fois dedans nous avons dormi, les pilotes dans la tente et moi sur le matelas pneumatique en travers des sièges.

 

VENDREDI :

Le festival commence !

Temps humide, il pleut léger, plutôt du brouillard qui a du mal à se lever.

Nous avons le box n°5 pour le WE. Impeccable pour les ravitaillements.

 

C’est la journée d’entraînement : 1 run de 20 mn et 4 de 25mn

Avant chaque run, sera fait :

-         la vidange du réservoir, remplissage avec 12 litres pour les calculs de consommation à l’heure

-         la pression des pneus

-         le changement de couronne

-         la carburation

-         contrôle de charge batterie

David laissera Joël faire le premier run, il n’est pas trop du matin. Ensuite chacun son tour.

 

La prise en main de la moto se passe bien.

Le pilotes ne connaissent pas la moto ni le circuit.

Et à par nos échanges téléphoniques,  nous ne nous connaissions pas non plus.

 

Durant la journée, les chronos oscilleront entre 3.40 et 4.00 pour finir en 2.59

 

SAMEDI:

Aujourd’hui, c’est les qualifications !

Ciel bleu à 50% et pas de pluie prévue par la météo !!

Deux séances de 25 minutes par pilote.

 

Philippe nous rejoint, il était sur place les deux jours précédents pour du roulage avec sa moto. Il sera Chronométreur durant la course

Sandro arrive aussi accompagné de Magali.

Il sera responsable de l’organisation du stand et Ravitailleur durant la course

Magali sera Photographe avec TOUS les appareils photos du Team !!

 

Il y a 34 équipages seulement alors que le circuit pouvait en accueillir 70 !

Mais il y a du beau monde :

-         le Team Godier Genoud

-         la Triumph vainqueur du BOC 2007

-         Quelques autres Teams qui vont bien

-          Et nous ! ! !  Of course ! ! !

 

D’emblée les GG, en la personne de Christian Haquin va mettre la barre assez haute en dessous de 3 mn, pour en fin de journée qualif sortir un 2.48.006.

 

Et le BORS Team dans tout cela ?

Monte d’une dent derrière, remet la, change le pignon, règle l’amortisseur, tombe les gicleurs…

 

Le roulage du vendredi a été fait avec les pneus DUNLOP AV et AR.

Les deux premières séances avec le pneu AV neuf AVON et le DUNLOP AR de la veille.

Le deux dernières avec l’avant AVON du matin et un AVON neuf à l’AR.

 

La moto tient la route, le moto miaule de plaisir !

Résultat : 5 ème sur la grille de départ, Joël en 2.51.590 et David 3.08.266.

David est moins rapide, mais je ne changerais pas ma place avec la sienne !

 

PREPARATION DE LA COURSE DU SAMEDI SOIR :

Une paire de pneus neufs, des gicleurs plus gros pour la fraicheur du soir, graissage de la chaîne de transmission.

19H00 le moteur est mis en température avec peu d’essence.

19H15 le réservoir est complètement rempli.

 

PROCEDURE DE DEPART SAMEDI SOIR :

19H30 la BORS One est sur le circuit pour le tour de formation.

Moins de 4 mn après elle s’arrêtent sur le départ pour les deux tours de chauffe.

Les motos sont garées en épis pour un départ type « Le Mans »

Les voilà parties pour deux tours de chauffe, Vrooooaaaap !

Sept minutes plus tard, elles sont remises en épi et tenue par un mécano.

 

Il reste 5 mn, je tiens la moto, un coup d’œil circulaire dessus, tout va bien !

Panneau 3 mn, 1 mn, 30 s !

 

20H00 - TOP DEPART !

Joël s’élance vers la moto que je tiens par le bocal de freinage.

Il démarrage pas trop mal, mais se retrouve bloqué par les deux motos devant nous qui démarrent à la poussette !!!!

Il arrive à passer et c’est vraiment parti.

Je ne sais pas combien il est mais rapidement, il se replace deuxième derrière la Godier Genoud qui creuse ostensiblement l’écart.

 

Les tours défilent et Joël maintient un rythme d’enfer lui aussi en signant des chronos très réguliers entre 2mn52 et 2mn56.

 

Coup de théâtre !

Christian Haquin chute au 18 ème tour avec la Godier Genoud !

Joël se retrouve premier avec une avance de 50 secondes !

Je ne vais pas dire que je suis content, car j’ai appris qu’en course ce n’est gagné qu’au drapeau à damier… La preuve plus haut.

 

Mais bon, c’est quand même plaisant de voir sa moto caracoler en tête !

 

Cela fait 45 mn que Joël roule et Philippe lui met le panneautage T2, cela veut dire ensuite T1 et BOX pour ravitaillement en essence.

 

Il nous reste donc 9 minutes avant son entrée dans les stands.

 

Nous avons prévu d’aider le ravitaillement de l’équipage N°45 avec qui nous partageons le stand. Celui-ci se faisant avant le notre.

 

Donc Sandro, habillé de cuir, est casqué et il en va de même pour moi.

Au moment où l’on va ravitailler la Suzuki 45, Philippe me fait signe que Joël rentre !!!!!

La moto tourne comme patate !

Le signe qu’il m’a fait prêtait à confusion, j’ai cru à une bielle.

Je rentre donc la moto dans le stand, car pas de mécanique en dehors.

La moto béquillée, je redémarre, et elle tourne rond !

 

M____E ! Ce n’est qu’une bête panne d’essence !!!!!

Il faut sortir la moto, je ne sais même pas qui à enlever la béquille !!

La moto est dehors, et  après m’être re-casqué, Sandro rempli le réservoir avec le derrick.

On ne voit rien, zut, au bout d’un moment Sandro sent le derrick vide il l’enlève.

 

Et David est parti !

Bon, plus de peur que de mal.

 

David, comme il nous l’a dit tout le WE, va essayer de ne pas trop perdre de temps.

 

Mais mon souci est ailleurs pour l’instant…

Sandro m’appelle et me dit qu’il n’a pas mis toute l’essence du derrick.

 

Je prends la calculette et de toute façon il n’y aurait pas eu assez d’essence si le derrick avait été vidé.

 

Je retourne voir Joël, alias Pilot’Killer, et je lui dit qu’il faut retourner au Travail.

Pour deux raisons, l’essence, et les chronos de David qui sont supérieurs à 3mn 08.

 

Après quelques minutes de négociations avec Joël, je décide de faire rentrer David à 21H40 et Joël finira les 40 minutes.

 

Ravitaillement sans problème.

J’explique les raisons à David, qui comprend parfaitement.

 

Joël essore la poignée des gaz, il est le seul à tourner en dessous des 3 minutes.

Quand il s’arrêtera, il me dira que les phares n’éclairent pas assez et qu’il se basait sur les feux rouges arrière des autres motos pour rouler.

Et quand il dépassait les attardés, ces derniers lui éclairaient la piste.

 

Nous finirons la première manche en 5ème position à près de 6 minutes du premier.

 

STRATEGIE 2ème MANCHE :

pour la deuxième manche, je décide une stratégie à deux ravitaillements.

Joël repartira en premier pour prendre de l’avance si possible.

En fonction du règlement, il devra renter après la 45ème minute, sinon, le Team écopera d’un Stop and Go de pénalité.

Nous n’avons pas besoin de cela.

David fera 40 minutes et Joël repartira, pour 35 mn.

 

PROCEDURE DE DEPART SAMEDI SOIR :

15H30 procédure identique à la veille.

Sauf que, la Godier Genoud ne s’est pas présenté sur la grille de départ et que les motos sans démarreur se sont retrouvées, conformément à la réglementation, en fin de grille.

Joël est donc en tête de grille !

 

16H00 - TOP DEPART !

Je tiens toujours la moto.

Joël rate le départ, il se retrouve 5 ou 6ème.

On remonte en courant vers notre box.

3mn 02 plus tard, Joël passe en tête le premier tour !

 

Les tours défilent et Joël tient la tête de course d’un rythme d’enfer en signant des chronos très réguliers entre 2mn50 et 2mn52 !

Il est terrible !

 

Pendant que Pilot’Killer roule, David se fait interviewer par la télé locale !

Et c’est là qu’il dira la phrase du WE : « Je vais essayer de ne pas perdre trop de temps ! »

Il est quand même remonté par les chronos de son coéquipier.

 

16H46 ou à peu près

Joël arrive avec 50 secondes d’avance.

Le ravitaillement est parfait.

Nous ne pouvions pas mieux faire.

 

David part le couteau entre les dents !

Ses chronos sont moins bons mais assez réguliers, pour ne pas trop perdre de temps !!

Il faut dire qu’il n’a commencé la piste qu’en 2006.

Je lui tire mon chapeau !

 

T2, T1, BOX

Le ravitaillement est encore parfait.

 

Joël va aligner les chronos avec la régularité d’un métronome et il détiendra le record de la manche en 2mn 50 sec 301.

 

Voilà, c’est fini !

Il est quatrième, la place la plus pourrie.

Nous tirons un peu beaucoup la gueule…

 

Nous commençons à ranger, puis 15 minutes plus tard, Sandro court vers moi alors que je déplaçais le camion pour charger et m’annonce que nous sommes appelés au podium ! ! ! ! ! ! !

 

TROISIEME PLACE : David JUANES, Joël ZIMMERMAN !!

 

Je cours comme un fou (c’est facile, la piste des stands descend !) vers le podium et monte avec les deux pilotes fous de joie.

 

David, c’est son premier podium !

Et quel Podium ! !

Les Belges savent faire les choses correctement, six bouteilles de champagne pour la douche !

 

 

REMERCIEMENTS

 

Mon Sponsor SCAM TP

Joël pour le spectacle offert

David pour s’être donné complètement, son humour et son VITO

Sandro pour sa rigueur de travail

Philippe son calme OLYMPIEN

Alain Ginesta pour ses précieux conseils

 

Et pour tomber dans les clichés :

Ma femme Laurence pour son soutien

Ma fille Justine pour son amour

 

 

RENDEZ VOUS à SPA en 2008