Accueil

Bol d'Or Classic 2006

PODIUM : 3ème

Le site du Bol d'Or Classic

 

 

         

Jeudi 30/03/2006:

Il est 08H00, je vais chercher Jean Mi et sa remorque. Car si la moto a été rodée sur la route, cela ne ferait pas sérieux d'arriver par la route !

Nous voilà à trois Jean Mi, JPP, et moi en train de sortir la moto BORS One du garage ainsi que les pièces de rechange.

Départ à 10 Heures de Blagnac. 547 Km plus loin et 7H15 plus tard, nous arrivons à Magny Cours. Nous y rejoignons Jean Louis et son fils Xavier qui sont arrivés de Toulon.

Le temps de récupérer les "pass", nous filons vers le gîte. On s'installe confiant, et, tranquillement, nous finissons de fignoler les derniers détails: peinture, freinage de vis, enfin des p'tits trucs!

Vendredi 31/03/2006:

J-1 ! 8H30, nous partons direction le circuit. 9H00, nous sommes sur le sacro saint paddock ! Nous sommes les premiers arrivés. Nous occupons la surface octroyée et descendons la BORS One.

Quelques minutes après, Gérard Jolivet arrive en compagnie de Laurent. Et juste après nous être présenté, il monte sur la moto, Instant crucial ! Que va dire le recordman de participations au Bol d'Or et 24 Heures du Mans ? Il s'y sent bien.

Le temps de placer le camion de Gérard et de tout déballer, on s'installe pour manger.

Fred Notte se fait attendre, mais il sera là à l'heure pour les essais

14H00, il est temps de chauffer la moto. A 14H30, ce sont les essais libres.

Voilà, c'est parti ! Je suis assez stressé, et ce n'est rien comparé à la suite du week end...

Trois tours plus tard Gérard rentre au stand poussé par Jean Mi! Qu'est ce qui se passe??

Gérard entend un bruit.

Au bout de dix minutes, nous décidons de descendre la moto au paddock.

Après divers redémarrage et u tournevis collé au carter : je diagnostique un bielle coulée ...

Là, je m'effondre sur un banc: Huit mois de travail, une équipe complète, deux pilotes qui m'ont fait confiance.

Bon, il faut sortir le moteur et le démonter. On attaque !

Démontage sur la planche posée sur les tréteaux.

La pompe à huile est dans un sale état, cela ne présage rien de bon.

Le bas carter est déposé,et là, vingt minutes plus tard, nous découvrons les coussinets explosés en étoiles.

Je me pose la question, et je n'ai pas du être le seul, "on remballe?"

L'espoir va venir du Sud Ouest. Laurence, ma femme, doit venir nous rejoindre avec ma fille Justine et Corinne la tendre et douce de Jean Mi.

Je lui laisse un message sur le portable : "ne pars pas de Blagnac sans m'appeler, il y a un problème mécanique".

Je pense à lui faire prendre le bas moteur qui est sur l'établi pour prendre l'embiellage et remonter le moteur.

Jean Mi appelle Michel pour aider les Miss à mettre le moteur dans le coffre.

A 18h45 les voilà sur la route pour un voyage qui sera long.

Nous voilà en train de démonter en pièces détachée le moteur blessé. Il est nettoyé, lavé.

Vers 22 heures, nous avons fini et nous allons manger, il n'y a plus qu'à attendre nos Miss.

Je prends la voiture de jean Louis et accompagné de Jean Michel, nous filons retrouver les Miss.

SAMEDI 01/04/2006 00H00:

Nous transvasons les pièces et je repars dare-dare au circuit.

Il 1h00 du matin quand le moteur est déposé sur la table pour être démonté.

Malgré la bonne volonté du Team de vouloir rester pour nous aider, Je demande à l'équipe d'aller se coucher car Jean Louis et moi serons plus tranquille pour travailler.

A 6H00 du matin, le moteur est remonté !!

Laurent qui dormait dans le camion se lève et nous fait du café, cela fait du bien !

Le moteur retourne dans le cadre.

Le temps de remonter tous les périphériques, il n'est pas loin de 7H45. Zut le catadioptre ! JPP démonte un du camion et le monte sur le feu arrière.

7H50, la moto est expulsée de la tente et poussée devant la Mercedès. Je sors les câbles de démarrage.

Je les branche. Cela ne démarre pas!

Re-zut ! j'ai remis l'allumage à gauche, il faut inverser les fils bleu et blanc des bobines, on le fait.

Contact , le pouce sur le démarreur.

La BORS One rugit instantanément devant les Anglais médusés qui se lèvent !

Gérard commence à se rassurer, Fred, la veille, pensait déjà à repartir.

Enfin, cela tourne, mais cela va t il tenir? Il n'y a pas de raison que non, même si je ne suis pas tout à fait rassuré.

Les formalités du Contrôle Technique effectuées à 8H00 pétantes, nous ramenons la BORS One au paddock.

SAMEDI 01/04/2006 08H30 :

Bon, ce n'est pas tout, il faut aller au essais libres de 8H30.

J'avoue que je n'était pas complètement serein..

Enfin, une bonne nouvelle, Gérard signe le deuxième  temps sur une moto qu'il ne connaît pas!

SAMEDI 01/04/2006 11H05 - 12H05

La première séance de qualification sous la pluie, ne sera pas terrible. Nous n'avons pas de pneus pluie..

SAMEDI 01/04/2006 15H45 - 16H45

La deuxième séance de qualif sur le "sec" est nettement mieux, Ferd Notte signe 2.06.875, c'est le 8ème temps.

Gérard ne prendra pas de risque, il pleut de nouveau.

Le team est maintenant rassuré, le moteur fonctionne bien.

Il est temps de se restaurer avant la première manche.

SAMEDI 01/04/2006 19H30 - 21H30

18H30, la moto chauffe et part vers le stand.

Le matériel est installé, tout le monde prend ses marques.

19 Heures et des brouettes, Gérard prend la moto et part faire les deux tours de chauffe.

Il s'arrête en ligne en sixième position pour le départ type Endurance.

Cinq minutes.. La moto est débéquillée avec la première enclenchée, Gérard traverse la piste. Une minute, Trente secondes,

Top !

Le départ est fulgurant, Gérard est quatrième!

Après je ne sais pas ce qui s'est passé sur la piste, trop anxieux ! Je savais qu'il était dans le peloton de tête, mais c'est tout !

En fait nous avons un problème, la moto consomme de l'huile et je réfléchi comment faire pour remplir rapidement .

Je décide, plutôt que de dévisser la jauge, ce qui serait trop long, de couper le reniflard et remplir l'huile par là.

Avant l'arrêt au stand, nous mettons au point la stratégie:

Je coupe le reniflard, Jean-Louis remplit par le reniflard moteur, pendant qu'il remplit la seringue, je place l'embout et le circlips, deuxième seringue d'huile, deuxième circlips.

Puis remplissage du carburant.

Gérard arrive ! JPP me tiens la moto tellement droite que la béquille se place en une seconde. Nous mettons en application la stratégie, cela va à merveille, même si cela coûte du temps. Carburant assuré par Jean Mi et JPP, 25 secondes plus tard, Fred démarre.

Il est cinquième, mais deux pilotes n'ont pas ravitaillés.

Un ravitaillement de concurrent, 4ème, un deuxième ravitaillement, 3ème !

Dans les dix dernières minutes, Fred se retrouve à force de "gnack" 1er.

Laurent qui assure le panneautage mettra "P 1" sur le panneau.

Deux minutes seulement avant l'arrivée, je prends la béquille et me dirige vers le parc fermé.

Mais ce ne sera gagné qu'avec le drapeau à damier...

C'est fait ! Le BORS Team gagne la première manche !

LE BONHEUR !

DIMANCHE 02/04/2006

Bon, ce n'est pas tout, mais après une veillée remplie de bonheur, mais même pas une bouteille de champagne pour fêter l'évènement.18H30, il faut se lever et aller s'occuper de la moto.

DIMANCHE 02/04/2006 08H00

Ce matin, il faut faire un resserrage de culasse vu que nous avions démonté et remonté le moteur dans la nuit du vendredi.

Après le petit déjeuner, je pars avec Jean Louis en abandonnant lâchement le reste du Team à la grasse matinée !

Le resserrage de la culasse ne serra qu'une formalité.

Pour l'épreuve de jour, nous déposons le circuit d'éclairage.

Se pose un problème maintenant : la météo...

Des nuages, de la pluie.  Evidement, budget oblige, je n'ai pas de pneu pluie.

Gérard nous trouve une petite machine pour tailler les pneus. Et va s y que je taille les pneus !

La météo est de plus en plus pas bonne !

Avec tout cela, il est déjà temps de mettre la moto dans le stand.

Nous amenons la moto, le carburant, les outils, les pièces...

DIMANCHE 02/04/2006 013H30

Bon, il est l'heure faire chauffer le moteur.

Aujourd'hui, c'est Fred qui fera le départ, et il pleut !

Après les deux tours de chauffe, Fred arrive, la moto est béquillée.

"Il me faut un parapluie" me lance Fred, vous dire ce qu'il tombe !!

Donc sous le parapluie nous attendons les consignes des commissaires de piste.

Fred traverse la piste pour le départ.

C'est parti Fred court vers la moto et part.

Il doit être dans les dix premiers, pas premier, mais dans les dix !

Après avoir fait quelques tours prudents sous la pluie, Fred remonte vers la tête de course de façon magistrale dès que la pluie arrête de tomber!

Bien que la piste soit humide, Fred se place en tête de la course !

Et la moto n'a pas de pneu pluie comme les Godier Genoud, et quelques autres!

C'est le festival !

Jusqu'à la chute ... Fred perd l'avant et glisse.

Fred rentre au stand avec le carter d'allumage et la plaque porte numéro cassés.

Zut ! La clé de 6 BTR ne rentre pas, la vis est rapée ! Jean Louis à le réflexe de prendre la clé de cinq et cela va, je peux démonter le cache cassé.

Re zut, le carter et tordu, j'arrive quand bien à placer le couvercle d'allumage en forçant un peu. J'espère que cela tiendra...

Pendant ce temps, le Pace Car tourne à cause de l'huile répandue sur la piste par Fred et les numéros remit sur la plaque, un litre d'huile rajouté.

Gérard s'impatiente.

La moto est sortie pour le ravitaillement.

25 secondes plus tard, Gérard quitte les stands.

La N°43 est 18ème.

Encore fatigué de la nuit blanche, je me désole de cette chute.

Mais c'est sans compté sur Gérard qui, tour après tour, va grignoter les places une à une.

18, 17, 16, 15, 14, 13, 12, 11, 10, il est terrible, 9, 8, 7 et il tient la place.

Les collègues me disent que s'il garde sa place il est troisième au général !!

Il reste cinq minutes, je vis l'angoisse.

Deux minutes avant la fin, c'est le temps qu'il me faut pour aller au parc fermer, je reprends la béquille et me dirige à l'autre bout des stands.

Ca y est , c'est le drapeau à damier!

Le speaker annonce le résultat, nous sommes troisième, mais je ne l'entends pas à cause du bruit des motos.

Mais lorsque le commissaire de piste le fait renter dans le parc fermer, là, c'est sûr : PODIUM !

Je me précipite vers Gérard qui me demande: "Pourquoi je suis là ?", " Le BORS Team est troisième !" lui dis je.

Sous son casque, les yeux lui sortent de la tête, il ne me croit pas et il demande au commissaire qui confirme.

Et là, il laisse éclater sa joie !

Bien sûr, après tout cela, Podium !

Et même pas une bouteille de champagne pour arroser cela !

Rendez vous l'an prochain !

Nanard

Les photos, bientôt ...

 

A suivre ...